L’infection urinaire chez la femme

infection urinaire femme

Bon nombre de femmes, notamment celles qui sont sexuellement actives, ont déjà été victimes d’une infection urinaire. On considère d’ailleurs que 20 à 30% des femmes entre 20 et 40 ans connaîtrons un épisode d’infection urinaire dans leur vie. Autant dire que cette maladie est largement répandue auprès de la gent féminine. Mais pourquoi sont-elles plus touchées que les hommes et comment ça s’attrape? Lisez notre article pour le savoir.

 

Pourquoi les femmes sont plus sujettes aux infections urinaires?

systeme urinaire femmeLorsqu’on examine l’anatomie de la femme, on constate rapidement que l’anus et le méat urétral sont très rapprochés l’un de l’autre. En raison de ce trajet raccourci, les bactéries de la flore intestinale peuvent rapidement atteindre l’organe le plus proche, c’est-à-dire l’urètre. Près de 80 à 90% des infections urinaires sont d’ailleurs causées par l’Escherichia Coli, une bactérie présente dans notre flore intestinale. Elle y joue un rôle inoffensif mais utile. Lorsque cette bactérie traverse l’orifice de l’urètre, elle peut rapidement coloniser les muqueuses, s’y développer et atteindre la vessie pour y provoquer une cystite. Là encore, la femme est désavantagée par rapport à l’homme. En effet, chez celle-ci, l’urètre mesure  2,5 à 4 cm contre 20 à 25 cm chez l’homme. Le trajet de la bactérie pour passer de l’urètre à la vessie est donc nettement plus court. Il n’est donc pas étonnant que les infections urinaires chez la femme soient beaucoup plus fréquentes que chez l’homme.

Les causes d’une infection urinaire chez la femme

La cystite chez la femme est généralement due à une infection bactérienne et peut être provoquée par différents facteurs.

Les principales causes de l'infection urinaire chez la femme

  • un manque d’hydratation
  • une hygiène insuffisante
  • un problème de constipation
  • la grossesse
  • la ménopause
  • le diabète
  • les rapports sexuels
  • une malformation de l’appareil urinaire
  • des calculs urinaires
  • l’herpès génital

Une bonne hydratation permettra une fréquence de miction plus importante. Hors uriner permet d’évacuer rapidement les bactéries auraient pu s’infiltrer dans l’urètre.

Si la femme n’adopte pas une bonne hygiène ou qu’elle n’urine pas régulièrement par manque d’hydratation, les bactéries vont siéger et se développer dans certaines parties de son système urinaire.  Le fait mal s’essuyer ou s’essuyer dans le mauvais sens, de l’arrière vers l’avant, va également ramener les germes de l’anus vers le vagin. Ceci constitue une autre cause d’infection urinaire de la femme.

Au moment des règles, le sang qui s’accumule sur les serviettes hygiéniques et les tampons est propice à la culture des bactéries. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il faut en changer régulièrement.

La constipation fait aussi partie des facteurs qui favorisent cette maladie infectieuse. À force de stagner dans le rectum, les matières fécales finissent par infecter l’appareil urinaire.

La grossesse favorise également la cystite. L’infection urinaire chez la femme enceinte s’explique par la pression exercée par le fœtus sur la vessie. De plus la f

La ménopause est un autre facteur de risque de l’infection urinaire chez la femme. Arrivée à ce stade de sa vie, la femme ménopausée rencontre de nombreux problèmes d’ordre hormonal. Sècheresse intime, chute des hormones, changement du pH vaginal sont tous des phénomènes fréquents à la ménopause. Ceci engendre une diminution de la protection de la vessie et favorise l’entrée de Escherichia coli.

Le diabète qu’il soit de type 1 ou de type 2 est également un facteur de risque de développer une infection urinaire. Ceci s’explique par le fait qu’un taux élevé de sucre dans leur urine constitue un milieu favorable au développement bactérien.

Lors de rapports sexuel, des bactéries peuvent entrer dans l’urètre. On conseille donc aux femmes de prendre l’habitude d’uriner après chaque relation.

Les 7 conseils aux femmes pour se prémunir d’une infection urinaire.

  1. Buvez beaucoup d’eau;
  2. Allez aux toilettes après tout rapport sexuel;
  3. Allez aux toilettes régulièrement (toutes les 2 à 3h) pour ne pas laisser la vessie remplie;
  4. Essuyez-vous toujours l’entre-jambe d’avant en arrière;
  5. Evitez de vous laver les parties intimes avec des savons trop agressifs;
  6. Préférez la douche plutôt que le bain;
  7. Préférez des sous-vêtements en coton plutôt que synthétiques et ne porter pas de pantalon trop serré.

Les symptômes liés à l’infection urinaire de la femme

 

Bien que certaines personnes infectées ne constatent aucun symptôme, comme par exemple souvent les personnes âgées, l’infection urinaire se manifestent généralement par divers symptômes. Si vous souffrez de ces symptômes et soupçonnez une infection, vous pouvez utiliser le diagnostic de la bandelette urinaire pour confirmer ou infirmer vos doutes.

Les principaux symptômes de l'infection urinaire chez la femme

  • une envie fréquente d’uriner;
  • des brûlures en urinant;
  • un volume peu important d’urine à chaque miction;
  • des urines troubles, malodorantes voire sanguinolentes;
  • des douleurs au bas-ventre et au pubis;
  • des urines troubles, malodorantes voire sanguinolentes;

Les brûlures pendant la miction et l’augmentation des envies d’uriner sont les deux symptômes les plus fréquent de l’infection urinaire. Ces envies fréquentes d’aller aux toilettes se présentent sans pour autant que le volume d’urine n’augmente. Il se peut aussi qu’une une pression et une douleur au niveau du bas-ventre se fasse sentir dans certains cas. Lors de la miction, les urines peuvent être troubles et s’accompagner d’hémorragie avec une forte odeur.

Dans les cas où la femme ne ressent aucun symptôme, la situation est plus inquiétante. En effet, la personne ne songera pas à suivre un traitement et, ne se rendra peut-être même pas compte qu’elle est infectée. Hors, une cystite pas ou mal soignée peut rapidement se compliquer et s’étendre vers les reins.

Dans ce cas, on parle de pyélonéphrite. Cette infection urinaire de la femme provoque une inflammation du bassinet. Les symptômes de cette infection se manifeste par des frissons, voire une altération de l’état général. Des douleurs lombaires pouvant être bilatérales se feront sentir.

Dans ce cas, il est urgent de prendre rendez-vous avec votre médecin.

Les traitements pour soigner une infection urinaire femme

Infection urinaire de la femme, que faire ? Comment se soigner? Telle est la question que vous vous posez peut-être. Il existe différents traitements de l’infection urinaire pour la femme. D’une part le traitement médicamenteux et d’autre part le traitement naturel. Pour plus de détails, lisez notre article sur le traitement de l’infection urinaire.

Traitement médical

Le traitement médicamenteux de l’infection urinaire consiste à  suivre une antibiothérapie. La durée du traitement varie selon le cas à traiter et selon l’antibiotique prescrit.  En cas de cystite légère, le médecin peut prescrire un antibiotique monodose, aussi appelé traitement minute. Le traitement d’une infection pour femme à la minute se caractérise donc par une unique prise. Si l’infection est complexe, la prise d’antibiotique peut durer plusieurs jours, voire semaines.

Rem: En cas de pyélonéphrite aigüe, une hospitalisation d’urgence s’impose.

Traitement naturel

Dans le cas d’une cystite légère, la patiente peut préférer se tourner vers un traitement naturel d’une infection urinaire pour femme. Cela peut être une boisson, une infusion ou un thé. Le but étant d’empêcher la croissance bactérienne. Uriner permettra ensuite d’évacuer petit à petit les bactéries présentes.

Le jus de canneberge est un bon remède contre l’infection urinaire de la femme. Cette préparation protège les parois des voies urinaires des éventuelles bactéries. Le jus de canneberge est également idéal pour diminuer le risque de récidive chez les personnes souffrant d’infection urinaire à répétition.

 

Une autre option se présente à la gente féminine : l’homéopathie pour l’infection urinaire de la femme. À l’heure actuelle, peu de femmes s’adonnent à cette pratique. Pourtant, des solutions homéopathiques existent et peuvent être efficaces contre la cystite.

Le risque d’infection urinaire pendant la grossesse

Pendant la grossesse, un traitement de l’infection urinaire de la femme enceinte s’avère indispensable car elle risque d’affecter le bébé. Si la mère ne se soigne pas, une menace d’accouchement prématuré ou MAP peut survenir. De plus, il arrive que le bébé soit infecté. Le seul moyen de le savoir est de procéder à des examens de laboratoire après la naissance. L’infection urinaire chez la femme enceinte est donc à élucider au plus vite, bien avant que les complications ne surviennent.